charPrésentation de l'éditeur : "Il y a une jeune fille, quinze ans, qui court le long d'une ligne de démarcation. Il y a le Liban, ce pays depuis si longtemps en guerre qu'on oublie parfois que la guerre est là. Et puis dans la guerre, il y a l'amour. L'amour de la jeune fille, pur comme un diamant : pour le père, pour l'amant, pour la patrie. Grande absente, la mère ne sait rien de cet amour. Elle est partie sans laisser d'adresse. La jeune fille ne sait pas comment faire pour grandir là, tiraillée entre deux cultures, happée par la violence.

Alors elle court. C'est l'histoire d'une fille en robe verte qui virevolte dans les ruines, qui se jette dans les bras d'un étranger, qui manie les armes comme elle respire. L'histoire d'une adolescente qui tombe et qui se relève toujours."


L'histoire se passe pendant la guerre civile que connut le Liban. Une adolescente essaie tant bien que mal de poursuivre sa vie comme avant, mais c'est de plus en plus dur. Pour se rendre au lycée Français, elle doit passer de nombreux obstacles, dont la ligne de démarcation. Elle risque la mort, mais tout ce qu'elle demande, c'est d'être libre. Ce récit raconte également les relations familiales de cette jeune fille (notamment sa relations avec son père et sa grand-mère, deux personnes qui la comprennent et ses relations avec ses tantes et son oncles, qui veulent l'enfermer dans un carcan). Un jour, elle fait la connaissance d'un homme, qui se présente comme reporter de guerre, dont elle tombe amoureuse.


Je n'ai pas aimé ce roman, autant le dire d'entrée de jeu. J'ai vraiment eu du mal à entrer dans cette histoire. Les 40 premières pages ont été difficiles à lire et je me suis accrochée pour ne pas abandonner la lecture. En fait, j'avais l'impression que le récit était trop coupé, qu'il était comme cassé en plusieurs morceaux du fait de sa structure (beaucoup de petits paragraphes, avec des changements dans le temps du récit). Je n'appréciais pas non plus les phrases en elles-mêmes, que je trouvais trop courtes, et qui de ce fait me donnaient l'impression de hâcher le récit. Malgré tout, je me suis accrochée et j'ai fini par entrer dans l'histoire de cette adolescente. Une fois le livre terminé, je peux dire que ce n'est pas une histoire qui m'a intéressée : je n'ai pas du tout été touchée par cette adolescente, dont les sentiments ne m'ont absolument pas parlés.

Référence
La main de Dieu, Yasmine Char, Folio

BoB

Je remercie Blog-o-Book ainsi que les éditions Folio pour ce partenariat