product_9782207117750_195x320

Sara est une grande lectrice. En Suède, elle occupait d’ailleurs un poste dans une librairie. Elle n’a jamais vécu de grande aventure car elle les vivait à travers ses lectures. Pendant plusieurs mois, elle a échangé une correspondance avec Amy, une vieille dame vivant au fin fond de l’Iowa. Elles ne parlaient pas seulement de littérature : Sara aimait la questionner sur la vie dans son village. Ainsi, alors même qu’elle n’y avait pas encore mis les pieds, elle en connaissait beaucoup sur ses habitants.

Amy invite Sara à venir passer deux mois de vacances à Broken Wheel. Mais lorsque Sara arrive chez Amy, cette dernière vient de décéder. Sara ne sait que faire mais tous les amis d’Amy la rassurent et la traitent en invitée. Pour les remercier, Sara décide de monter une librairie dans ce tout petit village où il ne reste presque plus aucun commerce. Elle fait la connaissance des habitants et se rapproche d’un certain Tom.

 

J’ai ouvert La bibliothèque des cœurs cabossés immédiatement après avoir refermé L’amour et les forêts, ce qui m’a fait du bien ! Katarina Bivald a écrit un roman plein de bonnes intentions, ce qui le rend parfait après une lecture perturbante. Je suis entrée avec facilité dans cette histoire puisque tout était fait pour me plaire : les personnages principaux sont amoureux des livres, Sara découvre l’Amérique, elle monte une librairie, on sent une histoire d’amour pointer le bout de son nez…

Et finalement, j’ai décroché petit à petit (j’ai fini par abandonner en page 247), à cause du manque de réalisme de certaines scènes et du manque de crédibilité que j’ai porté à certains personnages, parfois trop caricaturaux. Le roman étant fait de gentillesse et de bonnes intentions, il manque de réalisme : je n’ai pas cru à cette scène où les habitants du village observent Sara lire pendant 5h30, sans qu’elle ne les remarque (alors qu’ils font tout de même un barbecue sur le trottoir devant sa librairie)…

Pourtant, ce n’est pas un roman qui me laisse un mauvais goût et c’est même un livre que je recommanderais à ceux qui aiment les histoires naïves. Katarina Bivald est agréable à lire, les personnages sont attachants, on a envie de découvrir Broken Wheel. Bref, mon avis est mitigé, à vous de vous faire le votre…

 

Merci aux éditions Denoël (et à Célia) pour ce partenariat.

 

Référence

Katarina Bivald, La bibliothèque des coeurs cabossés, traduction Carine Buy, éditions Denoël, 496 pages