71zu9DjCiLL

Afin de commémorer le bicentenaire de la campagne et de la retraite de Napoléon en Russie, Sylvain Tesson décide de suivre les traces de la Grande Armée, de Moscou à Paris, en side-car. Il est accompagné de plusieurs amis français et russes dans ce périple qui a duré 12 jours. Il reprend presque l'itinéraire exact de la retraite napoléonienne, ce qui lui vaut quelques difficultés liées à son mode de locomotion. Non seulement les routes ne sont pas toujours dans un état sûr pour un side-car, mais ce voyage, effectué en décembre, le met dans des conditions de vie plutôt rudes. 

Quel récit passionnant ! Sylvain Tesson mêle plusieurs niveaux de narration, avec beaucoup de facilité et de réussite. Il raconte évidemment son épopée en side-car, en en faisant un voyage dont la difficulté physique est compensée par l'amitié et la vodka. Mais en parallèle, il raconte également la retraite de Napoléon, du point de vue de son entourage militaire proche et des "petits" officiers. 

Sylvain Tesson fait vivre l'âme russe à son lecteur : il raconte ce pays dont le passé soviétique reste présent, mais aussi ce peuple dont l'idendité nationale a commencé à se forger face à l'ennemi napoléonien. Il sait mettre une dose appréciable d'humour dans ses considérations culturelles. 

Avec Berezina, j'ai pris une formidable leçon d'histoire pleine de dynamisme et de rebondissements, sans sentir aucune lourdeur "universitaire". J'avais le sentiment de me retrouver au coeur de l'action (notamment quand il raconte le fameux passage de la Berezina en Biélorussie) dans les récits de Tesson des XXIème et XIXème siècles. 

 

Je suis prête à me lancer dans une nouvelle aventure de Sylvain Tesson (ou pourquoi pas Nicolas Vanier). Quel autre récit de voyage me conseilleriez-vous ?

 

Référence

Sylvain Tesson, Berezina, éditions Guérin, 199 pages