$_35

Hervé Joncour a 32 ans en 1861. Il travaille dans le commerce du ver à soie et fournit ainsi les manufactures de soie de son village d'origine. Il a l'habitude de travailler quatre mois par an : il voyage en Egypte ou en Syrie pour s'approvisionner en oeufs et se repose le reste de l'année. Le jour où une épidémie de pébrine ravage les vers à soie, il est contraint de partir au Japon pour y chercher des oeufs non contaminés. Il découvre un pays et une femme qui le bouleversent.

Soie fait partie de ces romans très courts et intenses qui se lisent d'une traite, presque d'un soufle. Il est hypnotique et impossible à refermer avant d'en avoir atteint la fin. Alessandro Baricco manie le rythme de son roman avec génie. La vie d'Hervé Joncour en France est soumise à un rythme impressionnant : il est entouré du dynamique Baldabiou, le "maître" de la ville, celui qui lui a appris le métier de commerçant de la soie. Dès qu'il entre au Japon, le rythme narratif devient lent, comme si le temps flottait au cours de ces chapitres.

Les talents de conteur d'Alessandro Baricco ne s'arrêtent pas au rythme des mots et des phrases qu'il écrit, mais vont jusqu'à la gestion du temps dans son ensemble. Il manie les ellipses narratives à la perfection. Il raconte des moments extrêmement longs des voyages d'Hervé Joncour en l'espace de deux pages, pour prendre le temps de raconter en plus de pages les rares moments de rencontre avec la mystérieuse femme qui l'a tant bouleversé. Alessandro Baricco étire le temps et le rythme pour les modeler avec une finesse et une justesse incroyables. Certains passages deviennent des moments de poésie.

L'épouse d'Hervé Joncour a un très beau rôle, bien que triste, à jouer dans ce superbe roman. J'ai aimé la place qu'elle a occupé au coeur de cette histoire dont elle aurait pourtant pu être écartée. Soie donne à la fois un sentiment de grande douceur et de beauté mais procure aussi des bouffées d'émotions intenses. 

 

Référence

Alessandro Baricco, Soie, éditions Albin Michel, traduction Françoise Brun, 121 pages