0985-cover-landfall-p2415-569e4a0aaf65f

Alors qu'elles se rendent en Louisiane en voiture pour apporter des vêtements et des vivres aux réfugiés de la Nouvelle-Orléans suite au passage de l'ouragan Katrina, Gertrude et Rose font une embardée et fauchent une jeune fille qui marchait le long de la route. Gertrude et cette mystérieuse jeune fille sont tuées sur le coup. Après les funérailles de sa mère, Rose veut à tout prix découvrir l'identité de cette jeune fille, dont le corps n'a été réclamé par personne. Aidée du policier McAffrey, elle part sur les routes pour retrouver la famille de la victime et reconstituer son passé. 

Gertrude et Rose Aikens vivent à Tuscaloosa, en Alabama. La mère et la fille sont très proches, bien que cela ne les empêche pas de se disputer assez souvent. Elles ont toujours vécu seules, le père de Rose ayant abandonné sa mère lorsqu'elle était enceinte. Gertrude a élevé sa fille de sorte qu'elle soit toujours capable de se débrouiller toute seule, de ne jamais avoir besoin de l'attention d'autrui pour vivre. Pour cela, elle a toujours joué le rôle d'une mère distante et peu affective, préférant cacher son amour et sa tendresse pour Rose, afin de l'endurcir. 

Cilla et Rosy vivent à Ninth Ward, le quartier pauvre de la Nouvelle-Orléans. La mère et la fille ont une relation fusionnelle. Elles ont aussi toujours vécu que toutes les deux, sans aucune aide paternelle. En effet, le père de Rosy s'est suicidé lorsque Cilla était enceinte. Cilla est une mère très instable ; elle est maniaco-dépressive. Depuis son enfance, Rosy a appris à vivre avec la maladie de sa mère et à la protéger. Ainsi, lorsque l'ouragan Katrina bouleverse leur vie, c'est elle qui doit prendre soin de sa mère et assurer leur sécurité. 

Au fur et à mesure que Rose découvre le trajet funeste de Rosy jusqu'à Tuscaloosa, Ellen Urbani dévoile progressivement le passé des deux jeunes filles, par des flash-backs. A travers deux familles que beaucoup de choses opposent, elle écrit l'histoire de deux mères et deux filles qui se sont construites sans père. Elle raconte la façon dont ces deux femmes ont vécu l'éducation de leur enfant de façon complètement différente. Pour l'une, il n'était pas question de faire preuve de trop de gentillesse envers sa fille, qui devait être capable de survivre seule quand l'autre compensait l'absence d'un père par des preuves d'amour redoublées. 

Landfall est un roman bouleversant et ma lecture fut addictive. Bien que débutant par la mort accidentelle de deux femmes, dont l'une d'entre elles était dans sa jeunesse, ce roman est paradoxalement plein de vie et de force. Rose part sur les traces de Rosy et pour cela, elle fait preuve d'un immense courage. En découvrant les derniers jours de vie de Rosy, on fait la connaissance d'une autre jeune femme incroyable, pleine d'espoir. Ellen Urbani montre l'apprentissage de la vie de Rose et Rosy à travers des flash-backs qui sont d'une intensité bouleversante (je pense notamment aux scènes qui se déroulent à Disney pour Rosy et celle des matins d'école pour Rose). Cela faisait des années que je n'avais pas été autant envoûtée par un roman, au point d'en pleurer à chaudes larmes.

Le roman se déroulant à la fin du mois d'août 2005 et au début du mois de septembre 2005, il relate les tragiques événements liés au passage de l'ouragan Katrina. Bien qu'il s'agisse de personnages de fiction et que certaines scènes aient été inventées, on sent une grande part de réalisme et de vérité. Ellen Urbani s'est beaucoup documentée pour écrire toutes les scènes de chaos pendant le passage de l'ouragan, mais aussi celles de l'après. Le réalisme historique de Landfall donne encore plus de puissance et de force à cette fiction tragique.  

 

Référence

Ellen Urbani, Landfall, éditions Gallmeister, traduction de Juliane Nivelt, 304 pages