743780_2875479Un ministre américain, Monsieur Hiram B. Otis, a acheté une demeure anglaise du nom de Canterville Chase. Lors de sa vente, l'ancien propriétaire des lieux l'avait pourtant averti que l'endroit était hanté mais le ministre américain, un homme très rationnel, ne le croyait pas, déclarant que les fantômes n'existent pas. Pourtant, une fois que lui et sa famille ont emménagé dans la demeure, des phénomènes étranges se produisent et ils rencontrent un fantôme, qui n'a de cesse d'essayer de leur faire peur. Tout le comique est dans le mot "essayer", puisque jamais le fantôme n'arrivera à ses fins. Il faut dire qu'il doit faire face à deux jeunes garçons très taquins, qui passent leur temps à faire des pièges au fantôme.


En commençant Le fantôme de Canterville, je m'attendais à lire une histoire de fantôme de style gothique et pourtant, même si Oscar Wilde imite ce style à la perfection, il n'en est rien puisqu'il s'agit avant tout d'une comédie. Le fantôme est un personnage caricaturé, magnifiquement bien tourné à la dérision. Ce dernier ne fait pas peur par sa nature mais par les personnages qu'il tente de jouer (comme "Jonas le déterré"). Outre tout ce comique, le style de Wilde est toujours un délice!

Référence
Le fantôme de Canterville, Oscar Wilde, édition Folio, collection Folioplus classiques, 121 pages

Challenge_ABC2010

Lu dans le cadre du Challenge ABC
17/26





EnglishClassicsMini

Lu dans le cadre du Challenge English Classics