Les élucubrations de Fleur

22 août 2016

Landfall - Ellen Urbani

0985-cover-landfall-p2415-569e4a0aaf65f

Alors qu'elles se rendent en Louisiane en voiture pour apporter des vêtements et des vivres aux réfugiés de la Nouvelle-Orléans suite au passage de l'ouragan Katrina, Gertrude et Rose font une embardée et fauchent une jeune fille qui marchait le long de la route. Gertrude et cette mystérieuse jeune fille sont tuées sur le coup. Après les funérailles de sa mère, Rose veut à tout prix découvrir l'identité de cette jeune fille, dont le corps n'a été réclamé par personne. Aidée du policier McAffrey, elle part sur les routes pour retrouver la famille de la victime et reconstituer son passé. 

Gertrude et Rose Aikens vivent à Tuscaloosa, en Alabama. La mère et la fille sont très proches, bien que cela ne les empêche pas de se disputer assez souvent. Elles ont toujours vécu seules, le père de Rose ayant abandonné sa mère lorsqu'elle était enceinte. Gertrude a élevé sa fille de sorte qu'elle soit toujours capable de se débrouiller toute seule, de ne jamais avoir besoin de l'attention d'autrui pour vivre. Pour cela, elle a toujours joué le rôle d'une mère distante et peu affective, préférant cacher son amour et sa tendresse pour Rose, afin de l'endurcir. 

Cilla et Rosy vivent à Ninth Ward, le quartier pauvre de la Nouvelle-Orléans. La mère et la fille ont une relation fusionnelle. Elles ont aussi toujours vécu que toutes les deux, sans aucune aide paternelle. En effet, le père de Rosy s'est suicidé lorsque Cilla était enceinte. Cilla est une mère très instable ; elle est maniaco-dépressive. Depuis son enfance, Rosy a appris à vivre avec la maladie de sa mère et à la protéger. Ainsi, lorsque l'ouragan Katrina bouleverse leur vie, c'est elle qui doit prendre soin de sa mère et assurer leur sécurité. 

Au fur et à mesure que Rose découvre le trajet funeste de Rosy jusqu'à Tuscaloosa, Ellen Urbani dévoile progressivement le passé des deux jeunes filles, par des flash-backs. A travers deux familles que beaucoup de choses opposent, elle écrit l'histoire de deux mères et deux filles qui se sont construites sans père. Elle raconte la façon dont ces deux femmes ont vécu l'éducation de leur enfant de façon complètement différente. Pour l'une, il n'était pas question de faire preuve de trop de gentillesse envers sa fille, qui devait être capable de survivre seule quand l'autre compensait l'absence d'un père par des preuves d'amour redoublées. 

Landfall est un roman bouleversant et ma lecture fut addictive. Bien que débutant par la mort accidentelle de deux femmes, dont l'une d'entre elles était dans sa jeunesse, ce roman est paradoxalement plein de vie et de force. Rose part sur les traces de Rosy et pour cela, elle fait preuve d'un immense courage. En découvrant les derniers jours de vie de Rosy, on fait la connaissance d'une autre jeune femme incroyable, pleine d'espoir. Ellen Urbani montre l'apprentissage de la vie de Rose et Rosy à travers des flash-backs qui sont d'une intensité bouleversante (je pense notamment aux scènes qui se déroulent à Disney pour Rosy et celle des matins d'école pour Rose). Cela faisait des années que je n'avais pas été autant envoûtée par un roman, au point d'en pleurer à chaudes larmes.

Le roman se déroulant à la fin du mois d'août 2005 et au début du mois de septembre 2005, il relate les tragiques événements liés au passage de l'ouragan Katrina. Bien qu'il s'agisse de personnages de fiction et que certaines scènes aient été inventées, on sent une grande part de réalisme et de vérité. Ellen Urbani s'est beaucoup documentée pour écrire toutes les scènes de chaos pendant le passage de l'ouragan, mais aussi celles de l'après. Le réalisme historique de Landfall donne encore plus de puissance et de force à cette fiction tragique.  

 

Référence

Ellen Urbani, Landfall, éditions Gallmeister, traduction de Juliane Nivelt, 304 pages

Posté par fleurfleur à 18:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


16 août 2016

Le coeur entre les pages - Shelly King

le-coeur-entre-les-pages

Maggie est trentenaire et vit plusieurs bouleversments importants dans sa vie. Son petit ami l'a quittée il y a peu de temps et elle vient d'être licenciée de la start-up dans laquelle elle travaillait et dont elle avait contribué à la fondation. Depuis, elle passe son temps à lire des romans à l'eau de rose au Dragonfly, une librairie de livres d'occasion dont elle est tombée amoureuse. Elle aime leurs vieux fauteuils, leurs bons conseils et la pagaille du rangement de cette librairie. Elle peut passer des journée entières à lire au Dragonfly, sans être dérangée.

Son meilleur ami Dizzy souffre de la voir végéter ainsi alors qu'elle est une jeune femme brillante qui mériterait d'être engagée dans n'importe quelle société de la Silicon Valley. Il la pousse à entrer dans un club littéraire, afin d'élargir son réseau professionnel. Le livre au programme de la prochaine réunion du club est L'amant de Lady Chatterley. Elle déniche une vieille version du roman dans un des rayons du Dragonfly et s'aperçoit que ce livre a servi à un homme et une femme pour entretenir une correspondance amoureuse. Elle s'empresse donc de lire leur correspondance sur les marges du roman. 

Cette découverte épistolaire va l'amener à faire de nouvelles rencontres professionnelles et amoureuses et à remettre en question ses choix professionnels. 

Voici un roman qui se lit avec grand plaisir et se déguste comme une gourmandise. Je craignais de tomber dans de la mauvaise chick litt mais il n'en fut rien. J'ai été charmée par Maggie, un personnage auquel il est facile de s'identifier et pour lequel on a beaucoup de sympathie. J'ai aimé son franc parler, son humour et le regard qu'elle porte sur le monde de la Silicon Valley. Maggie arrive à un tournant de sa vie où elle se cherche. Elle n'a pas encore trouvé l'homme qu'il lui faut et se rend compte qu'elle n'a probablement pas percé dans la bonne voie professionnelle.

Shelly King aborde plusieurs thématiques intéressantes dans Le coeur entre les pages : l'amour et l'amitié bien sûr, mais aussi les transformations économiques et sociales. Son personnage principal est une femme qui s'y connaît parfaitement bien en nouvelles technologies et pourtant, elle est attirée par un univers professionnel qui semble sur le déclin : le métier de libraire. Par ailleurs, le Dragonfly doit faire face à la concurrence acharnée des grandes enseignes de la culture de masse. 

Il n'y a absolument aucune niaiserie dans la façon d'aborder ces sujets (c'est souvent ce que j'appréhende dans ce genre de roman un peu "léger"). Au contraire, Maggie apporte un regard à la fois humoristique et très réaliste. J'ai passé un très agréable moment de lecture grâce à ce joli roman qui fut une belle surprise !

 

Référence

Shelly King, Le coeur entre les pages, éditions Préludes, traduction de Pascale Haas, 384 pages

Posté par fleurfleur à 18:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 août 2016

Presque jeune, presque jolie, de nouveau célibataire - Stéphanie Pellerin

004140538

Ivana est trentenaire. Elle est en couple avec Baptiste depuis le début de sa vingtaine et ils semblent tous deux vivre heureux ensemble. Elle est donc plus que surprise quand du jour au lendemain, Baptiste la quitte. Elle se retrouve sur le marché du célibat à un âge où elle s'attendait à une certaine stabilité sentimentale. Après huit ans de relations avec Baptiste, Ivana doit se réapproprier les codes du célibat. Elle se remet plutôt vite de ce chagrin d'amour et commence par travailler son image en se mettant au sport. Elle fréquente un site internet de rencontre, qui lui permet de tourner la page, sans toutefois lui offrir des résultats à la hauteur de ses attentes. Elle profite de son nouveau statut de célibataire pour sortir beaucoup avec ses copines, boire et faire de nouvelles rencontres. Elle réalise qu'elle est en fait une belle femme, qui sait plaire et enchaine les conquêtes.  

J'avais un gros a priori sur ce roman car je craignais qu'il ne s'agisse que d'un livre de chick litt, ce dont j'ai horreur. Finalement, après en avoir entendu du bien (et notamment après avoir entendu Anne en parler), j'ai décidé de me lancer, ce que je n'ai absolument pas regretté. J'ai aimé suivre les aventures d'Ivana, un personnage auquel il est très facile de s'attacher : elle est jeune, sympathique et pas parfaite... C'est la bonne copine idéale. Ivana est pleine d'énergie et cherche son bonheur.

Cela donne un roman très dynamique, qui se situe entre la chick litt et un roman plus "classique", ce qui m'a beaucoup plu. Je reproche souvent à la chick litt d'être mal écrite ou bien de manquer de crédibilité. Ce sont là deux critiques que je n'ai absolument pas trouvées à ce roman. Au contraire, l'écriture de Stéphanie Pellerin est simple tout en étant juste et claire et l'histoire d'Ivana est totalement réaliste. Voici un roman parfait pour être lu en cette période estivale !

 

Référence

Stéphanie Pellerin, Presque jeune, presque jolie, de nouveau célibataire, éditions Fayard/Mazarine, 208 pages

Merci à Mazarine pour cette lecture très rafraichissante !

Posté par fleurfleur à 17:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 juillet 2016

Mes lectures BD de l'été

Comme vous l'avez peut-être remarqué, je me suis mise à la BD depuis presque 2 ans, grâce à une magnifique BD d'Etienne Davodeau (Les ignorants), qui parlait de vin et de BD. Depuis quelques mois, je lis de plus en plus de BD car je trouve que c'est une solution très pratique quand on n'a pas le temps, l'envie ou l'énergie de se lancer dans un roman. 

91C0qS9oxAL

California dreamin' de Pénélope Bagieu

Cass Elliot est une petite fille hors norme, de par son tour de taille et sa personnalité. Très sûre d'elle malgré un physique peu avantageux, elle s'impose toujours avec beaucoup de facilité dans les groupes d'amis. Hyper sociable, elle connaît le succès seule ou au sein des groupes dans lesquels elle chante : les Mugwumps et The Mamas & The Papas. 

Pénélope Bagieu raconte la vie de Mama Cass, en adoptant un axe original : chaque chapitre est dessiné du point de vue d'une personne de l'entourage de Cass Elliot. Ainsi, chacun de ces personnages s'adresse directement au lecteur, en lui racontant de façon presque "théâtrale" (mais dans le bon sens du terme) une facette de Mama Cass.

Cela donne une BD pleine de vie, de dynamisme et de fraicheur.

 

Elle_s_appelait_Tomoji

Elle s'appelait Tomoji de Jiro Taniguchi

Depuis que j'ai découvert Jiro Taniguchi grâce à l'émission spéciale des Bibliomaniacs consacrée au Japon, je ne me lasse pas de découvrir ses romans graphiques. Bien sûr, mon préféré reste Le journal de mon père

Taniguchi raconte la vie de Tomoji, en la déroulant de telle façon qu'il nous raconte comment son destin s'est réalisé, à savoir la rencontre avec l'homme de sa vie. Tomoji est une petite fille au début du XXème siècle. Elle habite la campagne japonaise et vit des années difficiles : après avoir perdu son père, sa mère les abandonne car elle n'est plus capable de subvenir à leurs besoins. Elle est alors élevée par sa grand-mère, avec l'aide de son grand frère. Taniguchi raconte son histoire, de son enfance à son mariage.

Ce fut de nouveau un réel plaisir de lire et admirer les dessins de Taniguchi. Il a un talent exceptionnel pour saisir à l'aide d'un dessin les émotions de ses personnages. Certaines pages m'ont bouleversée par leur beauté et leur tristesse.  

couv-gourmet2

Les Rêveries d'un gourmet solitaire de Jiro Taniguchi et Masayuki Kusumi

Encore un roman graphique de Taniguchi ! Celui-ci a la particularité d'être constitué de plusieurs chapitres, qui peuvent se lire de façon complètement indépendante les uns des autres.

Le gourmet solitaire est un homme d'affaires Tokyoite, qui est amené à se déplacer dans le cadre de son travail. Il a l'habitude de se retrouver dans différents quartiers de Tokyo, voire dans d'autres villes nipponnes (comme Tottori par exemple). C'est un homme qui aime bien manger et pour lequel chaque déplacement est l'occasion d'une nouvelle découverte culinaire. Il aime pousser la porte de n'importe quel restaurant au hasard et se laisser guider par son instinct et son estomac. 

On suit donc le gourmet solitaire à travers ses déambulations culinaires. Il a la particularité de parler en mangeant et de décortiquer tous ses ressentis gourmands. Voici donc un beau livre sur la gastronomie japonaise.

voyageDePhoenix

Le voyage de pheonix de Jung

Jennifer travaille en Corée, dans un orphelinat. Son travail consiste à la fois à s'occuper des orphelins et à les placer dans des familles américaines. Ce n'est pas par hasard qu'elle occupe ce poste dans ce pays : elle n'a jamais connu son père, un militaire américain basé en Corée quand sa mère l'a quitté. Jennifer confie Kim, un garçon de 4 ans, à un couple américain.

Jung mêle plusieurs histoires et plusieurs temporalités : l'histoire des parents de Jennifer, l'histoire de Jennifer elle-même, celle des parents adoptifs de Kim et celle de Kim. Jung a fait le très bon choix de ne dessiner qu'en noir et blanc, ce qui renforce le sentiment de tristesse et de mélancolie de ce roman graphique.  J'ai un sentiment assez partagé sur cette BD car je l'ai trouvée assez inégale : alors que certaines pages pouvaient être très justes et très belles, d'autres dessins m'ont parfois déçue car ils auraient mérité d'être traités de façon un peu moins caricaturale. 

 

couv enceinte DElcourT def petite

Enceinte ! C'est pas une mince affaire de Mademoiselle Caroline

J'ai pris cette BD complètement par hasard à la médiathèque. Je ne connaissais absolument pas l'auteure et ce fut une jolie découverte. Mademoiselle Caroline raconte le chemin que parcourt une femme pendant ses 9 mois de grossesse (on imagine assez facilement qu'il s'agit d'un récit biographique) : interrogations, découvertes, doutes, etc.

J'ai aimé le ton très humoristique de Mademoiselle Caroline. Son humour ne l'empêche pas d'aborder la grossesse avec réalisme, en laissant de côté les illusions et idéalismes et en se moquant des donneurs de leçon. 

Une jolie découverte ! J'ai très envie d'en lire d'autres de cette auteure.

Posté par fleurfleur à 18:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juillet 2016

Ces livres que j'ai abandonnés...

J'ai remarqué qu'au fil des ans, je deviens de moins en moins patiente dans mes lectures. C'est le cas cette année ; j'ai abandonné un bon nombre de romans alors qu'auparavant, j'essayais plus souvent d'aller jusqu'au bout de mes lectures, espérant toujours que le roman finirait par me plaire. Il est un critère qui me fait toujours (ou presque) fermer un livre avant sa fin : lorsqu'il m'agace. La deuxième raison pour laquelle je ne finis pas un roman est globalement le manque d'intérêt que je lui trouve.

  le-confident  9782330053116_1_75  la-chambre-de-jacob_couv

  marzi01  cvt_Absalon-Absalon_3962

Le confident fait partie des romans abandonnés pour cause d'agacement intense : je l'ai trouvé extrêmement mal écrit, absolument pas crédible. L'idée de fond du roman est intéressante : une femme découvre peu à peu son histoire familiale par la réception de lettres envoyées par un mystérieux inconnu. Il est plutôt rare que je trouve un roman aussi mauvais... Je me suis vraiment demandé comment un éditeur avait pu accepter de publier un tel roman !

Pour le reste des lectures abandonnées ces derniers temps, je les ai laissées tomber par manque d'intérêt et non pas parce que je les ai détestées. Alors que je m'attendais à un coup de coeur en lisant Otages intimes, je n'ai pas réussi à me passionner pour cette histoire de retour d'un otage dans son pays d'origine. Quant à Absalon, Absalon! et La chambre de Jacob, je pense qu'ils nécessitaient un niveau de concentration et d'investissement trop importants pour être appréciés. Enfin, La Pologne vue par les yeux d'une enfant est une BD qui était trop destinée à un public d'enfant pour me plaire : elle avait un côté un peu trop "naïf" et simple pour m'intéresser.

Posté par fleurfleur à 18:19 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

16 juillet 2016

En vacances...

"Nous sommes un très beau début." Charlotte - David Foenkinos

chateau-de-epinay-1

Je serai de retour très bientôt !

Posté par fleurfleur à 08:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]