Les élucubrations de Fleur

27 septembre 2016

Police - Hugo Boris

cover90178-medium

Virginie, Aristide et Erik se sont portés volontaires pour une mission exceptionnelle, qui n'entre normalement pas dans leurs fonctions. Ils sont tous les trois policiers et vont devoir conduire Asomidin Tohirov, un immigré clandestin tadjik, à l'aéroport Charles de Gaulle, dans le cadre de sa procédure d'expulsion. Normalement, ce n'est pas à eux d'effecturer cette mission mais leurs collègues sont débordés à cause d'un grand incendie qui vient de se déclarer dans la prison voisine. 

Ils ont accepté cette mission sans rien en savoir. A la prison, l'assistante juridique d'Asomidin Tohirov apostrophe Virginie pour lui expliquer la raison pour laquelle ce dernier est venu en France : après avoir été détenu et torturé dans son pays parce qu'il a dénoncé des actes contraires aux droits de l'Homme, il a cherché asile en France. Le reconduire dans son pays signe donc son arrêt de mort. Sur la route pour l'aéroport, Virginie décachète l'enveloppe qui contient le dossier de l'expulsé : elle a besoin de savoir ce qu'elle est en train de faire.

"C'est l'éclat des feux, plus intense sur le bleu, qui fait basculer le jour dans la nuit."

Qu'est-ce qui explique ce revirement de situation, cette effraction des règles ? Les trois policiers vont-ils appliquer la procédure de reconduite à la frontière ? 

"La responsabilité est dispersée entre la Préfecture, les gardiens, les escorteurs, la Police aux frontières, les pilotes, les hôtesses, les stewards, pour que chacun ait le confort de penser : ce n'est pas moi, c'est l'autre."

Très rapidement, Hugo Boris plonge le lecteur dans une ambiance pesante, qui ressemble à un huis clos sans en être réellement un. Les trois policiers et leur expulsé sont "enfermés" ensemble dans leur voiture de fonction, le temps du trajet. Chacun d'entre eux a un passé qui va peser dans les décisions qu'ils vont prendre. Hugo Boris relaie leurs points de vue en confiant leur psychologie et leur histoire. Les mots qu'il utilise pour parler de chacun d'entre eux sont justes et honnêtes. Il cherche à éviter la caricature. Ainsi, Aristide aurait pu être décrit comme un beauf alors que sa réalité est bien plus complexe que cela :

"Aristide qui pulvérise du zombie à longueur de nuit, Aristide charmeur et vulgaire, bruyant et primitif, excrémentiel et solaire, [...] apaisant les esprits de sa simple présence physique, dédramatisant les conflits avec une intelligence immédiate de la situation." 

Virginie et Aristide sont amants et elle est enceinte de lui . Elle prépare son avortement, qui aura lieu le lendemain. Elle est fatiguée de ce boulot : "elle se demande toujours comment elle n'a pas les yeux sales, stupéfaire qu'ils n'aient pas conservé, dans leur profondeur, le pâle reflet de la misère."

Erik est l'un des meilleurs, il est le plus expérimenté et le plus professionnel de tous. Mais lui aussi, en a marre : "Sur son visage, un masque se fige d'année en année. Mais à l'intérieur, l'hémorragie a commencé." 

Police est addictif, envoûtant. Hugo Boris décortique toutes les étapes de la procédure d'escorte avec énormément de précision. Il reste extrêmement factuel du début à la fin du roman et c'est ce qui explique l'emprise qu'il a sur son lecteur. De ce fait, mais aussi du fait du rythme intense de la narration et parce qu'il se place du point de vue de chaque policier, Police m'a beaucoup fait penser à Réparer les vivants. On y trouve une voix de narrateur très puissante, lourde de faits et de sens. 

Ce qui est particulièrement brillant est d'avoir réussi tout cela en un peu plus de 100 pages seulement ! Police est mon coup de coeur de cette rentrée littéraire. C'est le genre de roman qu'on ne peut pas oublier tellement il est puissant. 

 

Référence

Hugo Boris, Police, éditions Grasset, 136 pages

Un immense merci aux éditions Grasset pour cette magnifique découverte !

Posté par fleurfleur à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


24 septembre 2016

Les aventures de Tom Sawyer - Mark Twain

mark_twain-les_aventures_de_tom_sawyer

Tom Sawyer est élevé par sa tante Polly dans l'Etat du Missouri, avec son frère Sid et sa cousine Mary. C'est un enfant turbulent, malicieux, qui n'aime pas l'école et préfère aller se baigner à l'étang, se promener dans la nature ou jouer avec ses amis. Un jour, alors qu'il est en train de préparer une bêtise avec son nouvel ami Huckelberry Finn, il assiste à un meurtre. Malgré la peur que cela lui inspire, Tom ne change pas pour autant ses habitudes. Il continue à faire régulièrement l'école buissonière et à désobéir à sa tante. Il rêve d'une vie de pirate ou de voleur.

" "Thomas Sawyer !" Tom savait par expérience que les choses se gâtaient infailliblement quand on l'appelait par son nom entier."

Ce roman est une ôde sur l'enfance et son insouciance. Mark Twain est plein de douceur à l'égard des aventures que connaît Tom et qui devraient évoquer des souvenirs à bon nombre d'adultes. C'est d'ailleurs pour cela qu'il indique dans sa préface que ce roman est autant un livre pour les enfants que pour les adultes. Il raconte les aventures de Tom Sawyer avec beaucoup d'humour et de légèreté, malgré la gravité de certains sujets.

En effet, même si l'enfance de Tom est heureuse et insouciante, Mark Twain aborde des thèmes comme la mort, la place de la superstition dans cette société, la croyance et l'ignorance, la pauvreté, l'alcoolisme, etc.  Les aventures de Tom Sawyer est un roman qui n'est pas tellement abordé dans les écoles françaises (mais qui l'est beaucoup dans celles américaines), ce qui est dommage. Même si certaines thématiques sont peut-être plus proches de la culture américaine, beaucoup de sujets abordés sont interculturels et les français se retrouveront tout autant dans l'évocation de l'enfance que les américains.

"Il fit alors cette découverte : que promettre de ne pas faire une chose est le plus sûr moyen au monde pour avoir envie de la faire."

Référence

Mark Twain, Les aventures de Tom Sawyer, édition libre Bibebook, 234 pages

america

Posté par fleurfleur à 18:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

21 septembre 2016

Les corps de Lola - Julie Gouazé

9782714474117

Lola est une femme complexe, multiple. Elle aime éperdument son conjoint et est prête à tout pour lui. Elle est une femme douce, tendre, compréhensive. C'est la Lola bleue. Mais elle est aussi une femme pleine de désir et d'envie. C'est la Lola rouge. Parfois, la Lola bleue enferme la Lola rouge pour quelques temps et d'autres fois, la Lola rouge a de l'emprise sur la Lola bleue. 

Dans la vie de tous les jours, Lola a l'air d'un ange, c'est une femme banale qui passe presque inaperçu. Mais lorsqu'elle le souhaite, elle sait se faire belle, se maquiller et s'habiller pour se faire désirer. Elle a une vie sexuelle très libérée. Julie Gouazé arrive à raconter la complexité de Lola en posant des mots sur les gestes et le quotidien de cette femme. Grâce à la poésie qu'elle prête à ces gestes, l'écrivaine balaie toute la sordidité de certaines situations vécues par Lola.

J'ai dû m'y prendre à deux fois pour apprécier ce texte, dont la valeur ne m'était pas apparue lors de ma première lecture (où j'avais rapidement abandonné le livre). A tête reposée, j'ai été touchée par la poésie qui s'en dégage malgré la crudité de certaines scènes. Julie Gouazé peint à merveille la complexité d'une femme et tous les doutes, désirs, pensées qui l'assaillent. Ce court roman est tout simplement magnifique, il fait partie de mes coups de coeur de la rentrée littéraire. 

 

Référence

Julie Gouazé, Les corps de Lola, éditions Belfond, 120 pages

Posté par fleurfleur à 18:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 septembre 2016

C'est aussi le mois américain pour les Bibliomaniacs

cover-30

Etant rentrée de vacances la semaine dernière, j'ai pris un peu de retard dans mes billets. L'émission des Bibliomaniacs est déjà en ligne depuis le 30 août. En ce mois de septembre américain, nos lectures furent américaines :

- Minuit dans le jardin du bien et du mal de John Berendt

- Les Maraudeurs de Tom Cooper

- Landfall d'Ellen Urbani

Bonne écoute et bonnes lectures !

america

Posté par fleurfleur à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2016

Minuit dans le jardin du bien et du mal - John Berendt

51JR139ZEZL

Savannah est une ville très particulière des Etats-Unis, et nulle autre ville ne lui ressemble. Cette ville située dans l'Etat de Géorgie est enclavée, ni simple ni rapide d'accès. Elle est composée de beaucoup de squares et construite autour de ces squares. Elle a subi un grand programme de restauration de ses bâtiments historiques, qui font d'elle l'une des plus belles villes des Etats-Unis. Savannah occupe une place particulière dans l'imaginaire collectif américain. Elle fut au coeur de plusieurs romans, et notamment du grand Autant en emporte le vent. Il y fait bon vivre : ses habitants aiment recevoir, bien manger et bien boire. 

Le narrateur de Minuit dans le jardin du bien et du mal est un écrivain new-yorkais qui s'installe à Savannah et partage son temps entre cette ville et sa ville d'origine. Pour comprendre ce qui constitue l'âme de cette ville et la culture de ses habitants, il passe du temps à rencontrer et discuter avec les grandes personnalités de Savannah. Il fait ainsi la découverte de personnes hautes en couleur et bien souvent excentriques :

- Jim Williams a la cinquantaine, c'est un homme qui s'est enrichi grâce au commerce des objets d'art anciens. Sans être originaire de Savannah, il a réussi à s'y faire une place importante.

- Danny Hansford est un jeune homme à la double personnalité, avec une tendance à être assez violent. Il travaille pour Jim Williams comme homme à tout faire sur son magnifique domaine de Mercer House.

- Joe Odom et sa compagne Mandy sont les voisins du narrateur au début du roman. Ils passent leur temps à faire la fête, squattent les belles demeures et font payer les touristes pour les visiter.

- Luther Driggers cherche à faire fortune en développant de nouveaux concepts. Il fait peur à l'ensemble de la ville car cet homme excentrique qui promène des mouches collées à des fils reliés à son costume possède suffisamment de produits chimiques pour empoisonner toute la réserve d'eau municipale.

- Lady Chablis est un travesti qui se produit sur scène dans toute la région et qui n'a pas sa langue dans la poche.

Au milieu du roman, l'un de ces personnages est tué par une personne de son entourage, ce qui donne lieu à plusieurs procès et une forte médiatisation de l'affaire. 

Minuit dans le jardin du bien et du mal est une fresque sociale, qui laisse parler chacune de ces grandes personnalités. Le roman est constitué d'une myriade d'anecdotes sur la vie à Savannah : des histoires de dîners mondains, de soirées endiablées, de descendances célèbres, etc. La première moitié du roman est ainsi constituée de ces anecdotes et déambulations dans Savannah, ce qui fait de ce livre un texte très original et peu commun. La fluidité du récit permet de passer facilement d'un personnage à un autre et de s'imprégner sans difficulté de l'âme de Savannah. John Berendt a un réel don pour reconstituer l'atmosphère douce et mystique de cette ville. 

Pour autant, l'originalité de ce roman a fini par m'ennuyer. Avec le meurtre commis en milieu de récit, je m'attendais à ce que l'intrigue suive un cours plus traditionnel, à ce qu'elle soit entièrement centrée sur l'enquête policière. Or, John Berendt poursuit sa narration d'anecdotes relatant le quotidien de Savannah, tout en développant l'intrigue judiciaire. J'ai ainsi beaucoup moins apprécié la lecture des 200 dernières pages et je n'en suis venue à bout qu'en lisant en diagonales toutes les considérations "mondaines" et tous les potins racontés.

Minuit dans le jardin du bien et du mal est ma première lecture de roman non-fictionnel. Sa structure si particulière mérite qu'on le découvre. Je pense également visionner l'adaptation de Clint Eastwood, car il me semble que le sujet de ce roman nécessite bien plus d'être porté à l'écran que dans un roman. 

 

Référence

John Berendt, Minuit dans le jardin du bien et du mal, traduction Thierry Pielat, éditions Denoël, 391 pages

 

america

Posté par fleurfleur à 13:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2016

Enfin en vacances !

Kyoto-and-vicinity-6131486-smalltabletRetina

Je mets mon blog en pause, le temps de quelques semaines de vacances en septembre.

A bientôt !

Posté par fleurfleur à 18:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,