Les élucubrations de Fleur

01 janvier 2017

Surprise : Canalblog, c'est fini !

Je commence l'année 2017 dans la nouveauté puisque je "migre" sur Wordpress. Pour lire et commenter mes billets de lecture, c'est désormais par ici qu'il faut aller...

blog

Je laisse néanmoins mon blog Canalblog ouvert.

 

Très bonne année !!

Posté par fleurfleur à 20:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


23 décembre 2016

Christmas break !

maxresdefault

Le blog se met en pause le temps de quelques jours.

Vous devinerez à ma photo où je pars passer mes vacances de fin d'année (et où je commencerai l'année 2017 !)...

Très bonnes fêtes !!

Posté par fleurfleur à 08:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

20 décembre 2016

Les règles d'usage - Joyce Maynard

livre_galerie_311

Wendy est une adolescente new-yorkaise de 13 ans. Elle vit entourée de sa mère Janet, de son beau-père Josh et de son demi-frère Louie. Avant que sa mère ne rencontre Josh, Janet et Wendy ont vécu de nombreuses années seules, dans une relation fusionnelle. Garrett, le père "biologique" de Wendy les a quittées lorsqu'elle était toute petite et depuis, elle ne l'a presque plus jamais revu. 

Janet est une maman pleine de vie, enthousiaste, dynamique. Cette ancienne danseuse professionnelle, artiste dans l'âme, a dû se résigner à occuper un emploi de secrétaire pour subvenir à leurs besoins quand Wendy était petite. Josh est un beau-père aimant, ouvert et disponible pour Wendy. Lui aussi est un artiste puisqu'il est musicien professionnel. 

La vie de cette petite famille moderne recomposée vole en éclat le 11 septembre 2001, le jour où les tours jumelles du World Trade Center s'effondrent. Ce jour là, Janet était au travail dans l'une des tours. Depuis, sa famille est sans aucune nouvelle. Janet fait partie des milliers de disparus du 11 septembre. 

Joyce Maynard raconte les jours, les semaines et les mois qui ont suivi cette catastrophe humaine et familiale. A l'aide de nombreux flashbacks, elle raconte à la fois l'épreuve que cette famille doit traverser et l'histoire de chacun. Pour autant, Joyce Maynard ne parle jamais de deuil. Elle laisse ses personnages parler d'eux-mêmes en racontant leur quotidien de l'après catastrophe.

Tout ce que Wendy voit la ramène immanquablement à sa vie d'avant et lui rappelle les souvenirs partagés avec sa mère. Wendy puise dans les livres des comparaisons à sa situation. Personne dans son entourage scolaire et amical ne peut réellement comprendre ce qu'elle endure. Les romans et les récits sont comme des amis qui auraient vécu la même expérience et avec qui elle pourrait dialoguer. Wendy se réfugie dans l'imaginaire pour affronter cette réalité trop dure. Sur l'exemple de sa meilleure amie Amelia, elle enjolive les choses, transforme le réel quand ça l'arrange. Elle qui est était une adolescente "parfaite" (sérieuse, polie, rigoureuse), elle perd progressivement toute notion des règles qui constituaient son quotidien. 

Bien que je n'arrive pas à me constituer un avis tranché sur ce roman, je trouve qu'il réussit parfaitement à raconter la vie d'une famille endeuillée et celle d'une adolescente. Même si je reproche à certains dialogues d'être parfois creux et de sonner faux, je leur reconnais une vraie utilité. Ces dialogues, tout comme le style de la narration, sont très simples (je regrette notamment que le vocabulaire et le style ne soient pas plus riches) mais permettent certainement d'apporter plus de réalisme à ce roman. On a vraiment la sensation de faire partie de cette famille et de comprendre totalement Wendy. La grande réussite des Règles d'usage est de nous rendre accessible la situation tragique de cette adolescente.

Toutefois, je n'ai pas été particulièrement emballée par cette lecture, pour les raisons que je viens d'évoquer mais aussi parce qu'un certain nombre de faits m'ont semblé trop peu vraisemblables. J'ai notamment eu du mal à croire aux rencontres fortuites faites par Wendy et à l'ampleur que celles-ci ont pu prendre aussi rapidement dans sa vie. Pour autant, je vous conseille vraiment de vous faire votre opinion sur ce roman qui mérite d'être lu et je prévois moi-même d'en découvrir d'autres de Joyce Maynard. 

 

Référence

Joyce Maynard, Les règles d'usage, éditions Philippe Rey, traduction d'Isabelle D. Philippe, 480 pages

Posté par fleurfleur à 18:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2016

Infidélités - Vita Sackville-West

83213428_p

Ce recueil de nouvelles regroupe quatre histoires dont le point commun est la thématique de la fidélité au sens large. Dans la première nouvelle, une vieille femme accueille son fils de 30 ans chez elle. Il revient d'Argentine où il a passé cinq années. Elle rêve de le voire prendre la tête du domaine dont elle est la propriétaire. Malheureusement, celui-ci ne se voit absolument pas passer sa vie dans cette campagne anglaise où il s'ennuit. Cette nouvelle est de loin ma préférée. J'y ai beaucoup aimé le sens du détail dans les descriptions et la capacité de Vita Sackville-West à faire entendre les non-dits de ses personnages. Mais ce qui m'a le plus époustouflée est le sens brillant de la chute : une chute exquise et tragique en une page seulement !

La deuxième nouvelle, qui ne m'a absolument pas marquée, un personnage raconte un souvenir d'un amour de jeunesse. La troisième nouvelle est l'histoire d'une femme qui aime un marin qu'elle ne voit qu'un mois par an. De cette nouvelle très courte, j'ai également beaucoup aimé la chute. Enfin, dans la quatrième nouvelle, Vita Sackville-West établit une intrigue un peu plus classique sur la thématique de la fidélité, celle de deux amants qui redoutent le moment où l'époux extérieur à leur couple découvrira l'infidélité de sa femme. 

Bien que je n'ai pas trouvé toutes ces nouvelles égales, je vous recommande vraiment la lecture de ce recueil, au moins pour la première nouvelle. Il s'agit de la plus longue mais également de celle qui est la plus touchante et dont la chute est la plus exquise. 

 

Référence

Vita Sackville-West, Infidélités, éditions Autrement, 170 pages

Posté par fleurfleur à 18:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2016

Némésis - Philip Roth

A45661

Eugene Cantor, dit "Buck", est professeur d'éducation physique à Chancellor, une école de Newark. Durant l'été 1944, il a une vingtaine d'années et est responsable du centre sportif de Weequahic, le quartier juif de Newark. Il coordonne les activités des jeunes avec beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. Il cherche à ce que ces jeunes garçons et jeunes filles passent un bon été malgré la chaleur accablante et le fait qu'ils ne partent pas en vacances.
Une épidémie de polio se propage du quartier italien au quartier juif de Newark en l'espace de quelques semaines. Des dizaines d'enfants sont rapidement contaminés. Un bon nombre d'entre eux décèdent et le reste doit subir des traitements particulièrement contraignants à l'hôpital (notamment en étant enfermés dans des poumons d'acier).
Bien qu'il n'ait aucun lien direct dans la propagation de la polio à Weequahic, Buck se sent responsable de la santé physique et mentale des jeunes qu'il encadre. Il cherche à les rassurer et à veiller à ce que la maladie ne se propage pas parmi eux. En 1944, cette maladie est méconnue et ses causes ne sont pas identifiées. La petite amie de Buck, Marcia, insiste pour qu'il la rejoigne dans le camp scout où elle est animatrice. Ainsi, elle sera plus rassurée quant à la santé de Buck, qui est particulièrement exposé à l'épidémie dans le centre sportif où il travaille. Mais ce dernier est tiraillé entre son devoir d'enseignant vis-à-vis de ces jeunes et son envie de fuir la ville pour retrouver sa petite amie.
Sur les conseils de Coralie et Eva, j'ai découvert Philip Roth avec ce très bon roman. L'intrigue repose sur des faits historiques et sa simplicité donne une certaine liberté à Philip Roth pour y construire un personnage principal profond et en toute justesse, tout en développant des thèmes très forts. Buck est un homme dont le quotidien et chaque action sont très réfléchis, qui pèse constamment toutes ses décisions et cherche à vivre comme un modèle de conduite droite, honnête et juste. De ce fait, la propagation de l'épidémie l'amène à se poser des questions quant à sa responsabilité et à sa culpabilité. 
Les thèmes traités par Philip Roth sont universels et en ce sens, touchants. En effet, les questions de la responsabilité et de la culpabilité ne sont pas posées d'un point de vue abstrait mais bien vécues par le héros de ce roman. J'ai particulièrement aimé le personnage principal, qui a toutes les caractéristiques d'un bel héros "ordinaire" et anonyme.   
Référence
Philip Roth, Némésis, éditions Folio, traduction de Marie-Claire Pasquier, 272 pages

Posté par fleurfleur à 18:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 décembre 2016

L'émission des Bibliomaniacs de décembre est en ligne !

Voici notre dernière émission sur la rentrée littéraire 2016, avec une magnifique couverture (Coralie est douée !). 

cover-33

 

Au programme, que de belles lectures :

  • Petit pays de Gaël Faye
  • Chanson douce de Leïla Slimani
  • Les règles d'usage de Joyce Maynard

Et en janvier, nous prévoyons une belle affiche, sur le thème des femmes d'exception.

Bonne écoute !

Posté par fleurfleur à 18:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,