56959378

Antoinette est une adolescente parisienne de 14 ans, dont les parents viennent de se faire une fortune  du jour au lendemain, grâce à de bons placements en bourse. Ses parents essaient de s'intégrer dans ce nouveau milieu social et pour cela, décident d'organiser un bal. Antoinette, qui est de nature très romanesque, s'imagine vivre une soirée unique. Elle pense pouvoir faire son entrée dans le monde grâce à ce bal. Mais Rosine, sa mère, n'est pas de cet avis et lui refuse toute participation au bal. C'est en quelque sorte la fin du monde pour Antoinette.

En l'espace d'une centaine de pages, Irène Némirovsky brosse un portrait très drôle d'une famille de "nouveaux riches". Sans se permettre de donner directement son avis, elle se moque avec finesse de ses personnages. Rosine est prête à inviter des personnes qu'elle n'a vues qu'une seule fois, uniquement parce qu'elles ont un titre ou semblent bien établies dans la haute société (ce qui est parfois douteux, vu les précédentes occupations de ces personnes). 

Irène Némirovsky a un don incroyable pour raconter l'adolescence et tous les travers qu'elle comporte : Antoinette est une jeune fille avec un grand sens de l'imagination (je me l'imagine dévorant des romans) et une adolescente centrée sur ses propres envies, au point de faire du mal à ceux qui l'entoure. Ses relations avec sa mère sont tendues, cette dernière étant particulièrement égoïste mais également avare de tendresse envers sa fille. Elle qui a tant attendu de monter dans la haute société ne laissera pas sa fille avoir sa part à ce nouveau bonheur. Antoinette vit extrêmement mal ce manque de compassion et ce rejet de la part de sa mère. Elle aime se complaire dans cette solitude et se dresse en personnage tragique. Cette description de certains états d'esprit liés à l'adolescence et à un manque de matûrité sont non seulement très justes mais également très drôles. 

J'ai à la fois beaucoup ri de cette caricature de "nouveaux riches" et j'ai aussi eu du chagrin pour Rosine, qui se rend si malheureuse en essayant d'atteindre un rêve qui ne saura jamais la combler. 

 

Référence

Irène Némirovsky, Le Bal, éditions Grasset, 120 pages